TOGO
  

TOGO

Lomé TOGO, Togo le 09/01/2014

 

Nous sommes le 27 décembre, nous nous dirigeons sur le Togo en passant par Koupela.
Vraiment le Burkina est un pays qui mérite de figurer sur l'itinéraire de chaque voyageur. Il a fait notre bonheur, par ses beaux sites que nous avons visités et par la gentillesse des Burkinabés. Le sud ouest avec ces paysages verdoyants et ces étranges formations rocheuses sont magnifiques. L'agréable capitale au nom si chantant « Ouagadougou » et l'ambiance charmante de Bobo Dioulasso nous ont enchantés.
Avant de partir, Doudou (le sculpteur) nous emmène dans son atelier. Il nous explique la technique de la cire perdue. Ils commencent par façonner une sculpture en cire, que l'on recouvre d'un mélange d'argile et de crottin de vache, pour réaliser un moule qui est ensuite chauffé pour faire fondre la cire, qui s'écoule par une ouverture. On y verse alors à sa place, le bronze en fusion, qu'on laisse refroidir avant de casser le moule pour extraire la sculpture. Il ne reste plus qu'à polir la pièce.


J'ai même réalisé une pièce en cire pour m'amuser, qu'ils ont recouverte de terre pour la faire en bronze (souvenir de la femme blanche). Doudou va la prendre en photo une fois terminée et me l'envoyer par e mail ou la jeter, on verra !!


Sur la route de Tenkodogo, nous avons fait un bivouac que l'on rêve tous de trouver, dans un lieu très agréable.

Sans le savoir, nous étions à coté d'une mine d'or. L e lendemain, nous avons été voir cette mine. Tout à la pioche, ils ont fait des galeries, dont la plus profonde est de 20 mètres. Comme on a pu comprendre, ils se servent du mercure pour récupérer les paillettes d'or (technique dangereuse), ils étaient heureux de nous expliquer leur travail et heureux de voir notre enthousiasme


Et voilà, nous sommes le 28 décembre 2013, nous sortons du Burkina Faso et rentrons au Togo par la frontière de Cinkassé. Pour le Burkina, il a fallu donner 5000CFA (là, on a été embrouillé, on croit que l'on s'est fait avoir) Le visa pour le Togo coûte 10.000.CFA par personne, pour une durée de 7 jours, que l'on peut faire prolonger gratuitement à Kara. Et à la douane nous avons payé 6000 CFA pour le passe avant.
Bienvenue au TOGO
Nous retrouvons un goudron complètement gâté, il faut slalomer pour éviter les énormes trous. Nous dirigeons sur Dapaong, puis Nano, pour visiter les grottes et les greniers de Nagou (prononcé Nok ). La piste est cimentée, bordée de belles habitations, toujours en forme de forteresse.

Sur les lieus, au bord de la falaise, une porte en fer fermée à clé permet l'accès aux échelles en acier qui sont fixées le long de la paroi pour descendre aux grottes.


Le guide arrive et nous descendons voir ces merveilles : Une série de grands récipients coniques en argile, qui servaient à stocker des provisions, ainsi qu'une belle grotte dédiées au repos et à la cuisine. Ce lieu servait de cachette et de protection contre les incursions. Contre la paroi il y a des trous qui servaient à recevoir les flèches empoisonnées. Belle protection naturelle que cette montagne !

 

A Nagou, il n'y a qu'un seul forage pour 900 habitants, ils ont droit à une bassine d'eau par jour et par femme ; alors, comme il y a une source aux grottes, et, comme les échelles sont fermées à clé, les femmes avec leur bidon, descendent le long de la paroi de la falaise en s'aidant des racines des arbres qui ont poussé dans la roche, pour accéder à la source. Par contre, on ne sait pas comment elles font pour remonter !! Comme elles sont courageuses ces femmes africaine !


Nous continuons notre traversée du Togo par une belle route bordée de teks avec ses grosses feuilles, des palmiers, des eucalyptus, des manguiers, un paysage Sahélien, il fait chaud, 37°.
Nous nous dirigeons vers la vallée de Tamberla, en passant par Kandé, puis par la piste, pour aller à Nadoba, voir les habitations fortifiées « Takienta » appelées « tata », pays des Batammariba. Obligé de prendre un guide pour visiter cet endroit et aucun regret, car Hippolithe nous a fait découvrir cette vallée de Toukammakou. Une merveille, où ces habitations typiques sont envoutantes, féeriques : on rentre dans des arbres,

 

ces maisons fortifiées sont constituées de plusieurs tours reliées entre elles par des murs épais. Elles disposent d'une seule entrée qui donne sur une pièce, avec à droite, une meule et dessous le poulailler et à gauche le pilon, on rentre dans une autre pièce, par une ouverture étroite, pour arriver dans l'étable dont les plafonds sont ornés de gris gris en tout genre (dans cette région, ils sont animistes). Après sur la gauche, une grande marche permet l'accès à la cuisine puis encore une grande marche et nous arrivons sur la terrasse dans la salle de douche et encore une grande marche et nous voila sur la grande terrasse où se trouvent des petites paillottes avec une petite ouverture en cercle qui servent de chambre. Il ne faut pas être gros pour aller se coucher ! Et à la cime des tours, de grosses jarres en terre compartimentées recouvertes d'un chapeau en paille sont érigées afin de recevoir les céréales.


Depuis notre début de voyage, c'est vraiment les plus belles maisons typiques que nous ayons vues. Devant chaque entrée, plusieurs cônes de différentes hauteurs servent de lieus de sacrifices.

A notre arrivée, ils étaient en train de sacrifier un poulet, je peux vous dire qu'il a mit du temps pour mourir. Ils l'ont plumé, il était toujours vivant. On n'ose pas imaginer ce que cela doit être lorsqu'ils sacrifient un mouton ! Je vous le dis tout bas, ils mangent du chien...


Les vieilles femmes fument la pipe et ont sous la lèvre une pierre comme piercing.


Nous allons sur Kara, nous sommes le 31 décembre, sur notre passage les Togolais nous souhaitent une bonne année. Après avoir circulé à travers le mont Kabié (810 m), très pittoresque, très agricole, avec de magnifiques villages en terre ocre situés au milieu de la montagne et de ces palmiers , nous allons voir une forge traditionnelle. Pas de marteau, seulement des pierres de granit pour taper et donner forme au fer.


Ici, toutes les femmes ont les cheveux très courts, elles sont belles.
Direction Kara, pour prolonger notre visa. Nous avons été à la police, cela à été très rapide. Nous avons rejoins notre hôtel »le jardin ». Oui, ce soir, hôtel, c'est le réveillon !
On ne sait pas où on va réveillonner, mais on va trouver. » Le jardin »porte bien son nom, c'est petit, 3 chambres climée, et un beau jardin. C'est tranquille, simple, en ville mais calme. Hélène, la gérante est une togolaise accueillante, qui aime rire, un endroit très convivial.


Pascal, a été les aider à préparer le dessert, flamber les ananas. On a pris notre alcool, car il n'y en avait pas à l hôtel ; ils n'ont pas assez de monde pour avoir du stock. C'est dommage, car cet hôtel mérite d'être connu.


Le soir du réveillon, nous avons mangé « au jardin »et après nous sommes partis à pieds dans la ville. On nous dit d'aller au Palais des congrès, car il y a de la musique. Nous avons suivi la foule, il y a énormément de monde. Arrivés sur le lieu, la foule est présente, mais ils sont là pour voir le président, car chaque année, il vient à Kara. Bon, nous le président....Vous nous avez compris....On décide donc d'aller à l'hôtel Kara, car il y a une discothèque. On arrête 4 zem (motos taxi) et nous voilà parti sur les motos à travers la ville. Christine est tout heureuse, elle vient de retrouver ses 20 ans sur cette moto. Arrivés à l'hôtel, ça nous dit rien, on va dans la rue et là, on s'arrête vers un bar au bord de route où la musique est géniale et plein de monde.
Et là, ça a été une ambiance plus que géniale, on a rit, on a dansé, on a déliré avec les Togolais On a pris une bouteille de gin à 4000CFA et du tonic. Le DJ, n'a pas cessé de nous taquiner toute la soirée : » Pascal, le divin. Le grand Pascal. Pascal, le joli parmi les jolis. Tanti Christine, Chriiiiiiiiistiiiiiiiine.Jooooooeeeeeelle, tu ne danses pas, ça ne te plais pas ? Où est Jean Paul ? Jean Paul, le puissant »
C'est difficile de vous expliquer notre soirée fiévreuse, tout simplement, un pur moment de folie. Nous ne sommes pas prêts d'oublier. Au matin, cela a été dur de quitter le bar, impossible de partir, notre DJ disait : » laissez les partir, ils sont fatigués ». En rentrant à pieds, les hommes se sont arrêtés acheter du mouton grillé, ils avaient besoin de manger. Pourquoi ? Le gin a frappé fort !!
Notre réveillon, nous a couté5000 CFA à 4.Par contre, le lendemain le « puissant Jean Paul » était fracasse et Pascal « le joli, parmi les jolis » bien fatigué. Une coiffeuse est venue couper les cheveux à Pascal, le lendemain. Avec des ciseaux de couture et un peigne de 5cm de longs, elle l'a rendu encore plus joli. Elle voulait faire plein de choses avec lui, mais Pascal ne lui a pas demandé quoi. Il n'est pas curieux !!! Elle avait de l'huile de massage, elle lui a montré, bizarre pour une coiffeuse...
Au réveillon, en 2 heures de temps, nos hommes connaissaient tout le monde. On est arrivé à faire danser le slow aux couples présents, ils le dansent jamais, ils sont trop réservés, mais je peux vous dire que ça a plu à certain.
Nous continuons notre descente vers la capitale Lomé. Nous passons par Bafilo et en profitons pour aller voir la cascade. Belle ballade, belles marches à grimper, mais, bof, bof, à part la vue panoramique sur les environs, rien d'extraordinaire.


Nous filons sur Atakpamé pour rejoindre les montagnes à l'ouest « les monts Iko », la vallée aux plateaux. Nous allons à Badou, perdue quelque part au nord ouest de la région du café et du cacao. La route est sinueuse et gâtée, par contre le paysage est grandiose. Une forêt luxuriante, dense, avec des arbres grandissimes, des bananiers à perte de vue, c'est magnifique.


Nous grimpons à la cascade d'Akloa qui démarre à Tomaghé. Nous prenons un guide et nous pénétrons dans cette forêt dense, une ballade agréable ; On traverse des rizières, des rivières, on grimpe, c'est beau. Des papillons de toutes les couleurs volent autour de nous. Le sentier est peu large, escarpé, mais ça vaut le coup car la cascade est magnifique.


Nous retournons sur nos pas pour rejoindre Kpalimé par la piste. Il est très difficile de trouver un endroit pour dormir car la végétation est dense, mais nous trouvons un coin plat au bord de piste à l'école du village « Mama kOPE ».

Les autochtones viennent nous voir, on parle de la récolte du café et du cacao. En ce moment, il y a des acheteurs, 900 CFA le kg de cacao et 600 CFA le kg de café.
L'instituteur est venu nous voir et demain, nous allons lui laisser de l'argent pour l'école. Celle-ci est provisoire, il espère en avoir une en dur bientôt.


Après une bonne nuit, mais réveillés tôt, car les habitants du village sont venus vers les voitures et ils ont attendu que l'on se lève. Par contre, aucune discrétion, ils parlent très fort et lorsque tu es debout, ils parlent doucement. On se sent observés, nos moindres faits et gestes sont pour eux une curiosité.
Les caféiers sont en fleurs, ils dégagent une odeur très agréable d'oranger sucré. Nous allons sur les monts Kloto, où nous bivouaquons à l'hôtel de Kloto, pour la modique somme de 2000 CFA/ pers, avec une chambre à notre disposition pour les toilettes et la douche. Le lieu est beau, pas l'hôtel, par contre le cuisinier est au top. Nous avons été à la chasse aux papillons agrémentée d'un cours de botanique et à la découverte des pigments naturels.


Nous avons mangé des herbes, des écorces d'arbres, des graines de fleurs et Chris a été bariolée par notre guide avec les pigments naturels. Nous avons trouvé, au bord de sentier, des gris gris, pour éviter le vol de fruits. On a beau ne pas être superstitieux, on n'a pas envie de prendre le moindre fruit.


Et voilà, après ce retour en enfance (la chasse aux papillons), nous nous dirigeons sur Lomé pour faire nos visas pour le Bénin. Nous les avons eus dans la journée.
Nous allons dormir chez Alice, qui fait camping. Nous apprenons que Chris et Pascal arrêtent le voyage avec nous, ils décident de faire demi-tour et de rentrer en France en passant par des pays que nous n'avons pas visités. Nous avons passé notre dernière soirée ensemble au resto, une bonne fondue bourguignonne, avec un spectacle de musique et de danse traditionnelle. Un régal pour les yeux, quelle souplesse ! Pascal et JP se disent que s'ils font le 1 /10 eme de ces danseurs, ils ne pourraient plus descendre de leur 4x4.


Nous sommes le 09 janvier 2014.
• Pour suivre le périple de Chris et Pascal, il faut aller sur facebook, demander à être ami avec Christine Foucaud qui habite Valence(Drôme) ; Il y a une photo d'eux.
A bientôt.

 

 

 

Commentaires

 Didier Fwende
Le plaisir de voyage en tourisme et surtout de paye la dette des yeux
 Didier Fwende
Le plaisir de voyage en tourisme et surtout de paye la dette des yeux
 Olivier mailfert
Salut enfin j aie pu voir votre parcours c est fabuleux vous me faite rêver pn vous fait plein de bisou et j espère vous revoir à votre retourd au pays du Ricard bisou
 Bernard et geneviève
Le plaisir de lire l'enthousiasme qui vous accompagne toujours. Suivrons bientôt presque vos traces jusqu'à Koupéla, but de notre prochain voyage. Bonne continuation.
Geneviève et Bernard rencontrés à NKC et Foundiougne.
 Bernard et geneviève
Le plaisir de lire l'enthousiasme qui vous accompagne toujours. Suivrons bientôt presque vos traces jusqu'à Koupéla, but de notre prochain voyage. Bonne continuation.
Geneviève et Bernard rencontrés à NKC et Foundiougne.
 Bernard et geneviève
Le plaisir de lire l'enthousiasme qui vous accompagne toujours. Suivrons bientôt presque vos traces jusqu'à Koupéla, but de notre prochain voyage. Bonne continuation.
Geneviève et Bernard rencontrés à NKC et Foundiougne.
 Bernard et geneviève
Le plaisir de lire l'enthousiasme qui vous accompagne toujours. Suivrons bientôt presque vos traces jusqu'à Koupéla, but de notre prochain voyage. Bonne continuation.
Geneviève et Bernard rencontrés à NKC et Foundiougne.
 Jacques-Fabrice
Bravo les amis pour avoir la force de faire ces récits qui nous font voyager !
Toutes les rencontres que vous faites sont magnifiques. On se doute que ça coute beaucoup d'efforts parfois mais on se régale a vous lire.

Continuez et ne vous inquietez pas pour les animaux c'est en bas que vous en verrez beaucoup.

Restez zen lors de la traversée du Nigéria et ça se passera tout seul ;)
J'ai hate de voir votre récit sur le Cameroun.
 Patrick et Anne Marie
Merci une nouvelle fois pour vos magnifiques photos et vos commentaires. Bonne continuation à vous deux.Prenez bien soin de vous et bon vent. Kénavo, da brémaig.
 Periolat jean paul
Bonne année et bonne continuation
 Fabienne
Je prends enfin le temps de venir vous souhaiter une bonne année 2014, riche en découvertes, en surprises (des bonnes bien sur ! )... Que celle ci réalisé vos rêves les plus chers !
Et n'oubliez pas de continuer à nous faire rêver :)
Bisous
 Chris gonzalez
Magnifique, comme d'habitude (quel dépaysement). J'en profite pour vous souhaiter une excellente année 2014 !
Bisous
 Lambare
Vos récits et photos nous font rêver !
C'est un plaisir de suivre votre voyage...
L'équipe du CA de Valene
 Durand
très beau reportage ...du rêve et du plaisir de voir nos amis ...à vous suivre...
OD



Autres récits de voyage

Autres Recits en Togo