TURQUIE 2ème partie
  

TURQUIE 2ème partie

Pamukkale Belediyesi, Turquie le 14/09/2015

 

Maintenant direction Ankara où nous devons retrouver Robert et Monique. Ils se dirigent vers l'Iran et tous les pays qui se terminent en « stan ». Nous allons passer 2 jours ensemble, çà va être génial de se retrouver.
Une bonne nouvelle, notre klaxon fonctionne de nouveau .Depuis la Mauritanie il avait cessé de se faire entendre. Tout notre voyage nous l'avons fait sans klaxon, qui nous a bien fait faute dans certain pays comme l'Ethiopie.
C'est près d'Ankara que nous retrouvons Monique et Robert .A 1 heure près, nous sommes au rendez vous. C'est génial, on a plein de choses à se dire, on passe une merveilleuse soirée.


Cela fait à peine 10 minutes que nous sommes couchés, que nous voyons de gros phares nous éclairer et entendons un gros klaxon avec quelqu'un qui nous parle en Turc au micro. Qu'est ce que c'est ? JP descend de la voiture, ce sont les pompiers. Ils nous expliquent que l'on ne peut pas dormir ici, il faut plier bagages et les suivre.
C'est derrière un gros camion de pompier que nous roulons, sirène à tue-tête. Ils nous emmènent dans un parc où l'on peut dormir, un bon souvenir.
Nous restons une journée et une soirée ensemble dans Ankara. Nous avons un bel hôtel très cinématographique « Maltepe 2000 »que Roro a réservé.
Nous sommes le 11 août 2015, nous reprenons nos routes, eux pour l'Iran nous pour le nord de la Turquie, direction Safranbolou.
Belle étape que cette vieille ville de Safranbolou située entre Ankara et la mer noire.
Son charme vient surtout de ses vieilles demeures Ottomans, demeures en bois(Konak).


Il fait bon se promener à travers ces ruelles, ces belles fontaines, traverser ces petits ponts en arc et déambuler autour de ces échoppes d'artisans.


Admirer les échoppes de cuivres qui sont des baraques en bois surplombant le ravin et de l'autre coté du pont, les hommes travaillant le fer.

L'autre village que nous visitons est Yörük-Köyü,identique.Nou visitons une de ces maisons encore authentique. Le propriétaire nous arrose d'eau de cologne, soit c'est une coutume, soit on sent mauvais...On préfère quand même la coutume.


Comme c'est surprenant lorsque nous arrivons vers la mer noire. Le paysage est saisissant. Des collines recouvertes par une forêt dense, si dense que l'on s'attend à voir surgir les singes. Une forêt qui va se jeter dans cette mer noire. Un paysage de montagne avec son lac. C'est vrai que celle-ci est assez sombre mais l'eau est claire.
C'est à Amasra que nous nous arrêtons, petit port de pêche, petite ville bâtit sur un isthme. Elle est bordée par la mer des deux cotés avec une petite île reliée par un pont.


Bel endroit prisé par les Turcs. Après un bon déjeuner au bord de l'eau, nous allons sur çakraz au camping « akarsu camping »tenu par une famille Turque. Celui ci se trouve dans la propriété de la famille avec une vue plongeante sur la plage et chaque soir, nous assistons à un coucher de soleil magnifique.


Nous faisons beaucoup de connaissances turques, on nous offre le thé, le café, de la pastèque et des tomates. Une belle ambiance.


Nous trouvons une famille backpaker espagnole très originale, sympathique.


Un endroit où l'on resterait volontiers plusieurs jours. Ce matin en partant, tout le monde nous embrasse, nous souhaite bon voyage. Il faut que l'on parte, car mes yeux se noient.
Maintenant direction Pamukkale par les petites routes de montagne. A Aban, nous prenons un gros orage le premier depuis l'Ethiopie.
Nous traversons de magnifiques villages, assistons au vendanges mais pas pour faire du vin seulement pour le raisin sec. Ils étalent de grandes bâches noires au sol et posent les grappes de raisins en plein soleil. Celui ci sèche c'est un vrai délice.


Dans ces petits villages, les habitants fabriquent de drôles remorques sur leurs motos qui servent parfois pour transporter la marchandise mais également femmes et enfants.


On se régale de se trouver dans ce monde agricole, d'être réveillé par les moutons, par les chèvres accompagnés de leur berger.


Nous voilà arrivé à Pamukkale .Que c'est beau cette montagne face à nous, blanche comme neige.


On trouve un camping au bord du site et nous voilà entrain de déambuler, pieds nus sur ce calcaire où l'eau ruissèle.
Un château de coton, comme ils l'appellent.


Le spectacle est féerique, étonnant. Depuis des milliers d'années, des sources chaudes chargées de sel calcaire dévalant d'une haute falaise ont modelé, taraudé la montagne en une cascade de formes étranges, fossilisés d'une blancheur éblouissante avec des vasques remplies d'eau d'une couleur bleu clair.


A coté se trouve le site antique de Hiérapolis (190 av JC) un bel ensemble ces ruines et cette montagne ressemblant à un glacier.


Entre la Cappadoce et Pamukkale, cela vaut le coup de venir en Turquie. Deux sites exceptionnels, uniques.
Nous continuons notre découverte en rejoignant la côte méditerranéenne. Nous passons par ce joli lac bleu turquoise bordé d'une belle plage de sable blanc, le lac Salda.


Nous continuons de prendre les petites routes, de traverser de petits villages.
Les routes sont si petites que nous arrivons à nous perdre dans la montagne. Pas grave c'est si grandiose.


Après 2 jours à tourner, nous arrivons enfin à Cirali en bord de mer. Le paysage est très beau, les montagnes recouvertes d'une étrange végétation se jettent dans la mer.


La mer est chaude. Nous trouvons un petit camping dans la ville de Cirali où les pensions font florès perdues dans la verdure avec les poules. Un air de campagne en bord de mer.
A la nuit tombée, nous allons à Chimaera.Ca grimpe, ça glisse. Un endroit féerique, sur une aire en pleine montagne, des dizaines de flammes apparaissent, sortent de dessous les rochers.
Ce phénomène naturel serait dû à des émanations de méthane.

C'est à la nuit que nous redescendons avec nos lampes frontales en faisant attention de na pas glisser.
Nous continuons notre avancée sur le bord de mer et faire un peu plus de kilomètres car nous trainons beaucoup. Mais voilà 50 kilomètres plus loin, nous sommes arrêtés par la vue d'une belle crique et décidons de rester là, la journée et la nuit.


Nous allons sur le site de Myra(nécropole Lycienne),une nécropole rupestre(une petite Petra)les tombeaux sont parfois ornés de reliefs sculptés et le théâtre romain est encore bien conservé.


Nous allons sur le petit village calme est pittoresque d'uçagiz, en face de l'ile de Kekova.


Nous louons un gros bateau avec capitaine et partons visiter ces iles magnifiques.


Nous frôlons l'ile de Kekova avec ces ruines d'un ancien port Lycien et celle de Kaleköy où se trouve la tombe lycienne a demi émergée et sa citadelle qui surplombe cet endroit magnifique.


Un coup de cœur pour nous. Nous faisons une belle halte au milieu de ces iles afin de plonger et nager dans cette mer chaude. Quelle belle journée.


Ah !la presque ile de Datça, quelle merveille. Presque ile de 100 kilomètres de long, étroite où la route tournicote entre mer et montagne.
La presque ile est parfois si étroite que l'on aperçoit les flots des 2 cotés.
Nous traversons de nombreux villages isolés où les habitants vendent sur le bord des routes leur miel, leurs fruits et légumes du jardin et trouvons de baies isolées du bout du monde.
Les paysages sont sublimes, les collines sont couvertes de forêts de pins, plein de petits coins de paradis pour se poser avec la voiture, seul, presque seul, juste quelques pêcheurs.


L'eau est cristaline, chaude.Il faudrait au moins 15 jours pour découvrir toutes ces criques isolées. Encore un coup de cœur pour nous. Décidément la Turquie nous surprend, plus nous avançons, plus nous tombons amoureux de ce pays.
Il faut continuer notre route, à ce rythme on ne sera jamais en France fin septembre.
Apres 2 jours passé sur cette presque ile, nous décidons de rouler et fermer les yeux, on ne s'arrête plus avant 300 kilomètres .Nous allons jusqu'à Celçkuk et c'est vers les 13 heures que nous trouvons un camping ombragé par des eucalyptus en bord de mer à Pamucak(camping dereli).


Nous sommes dans la région de l'Egée du sud. Une région qui a tout pour faire rêver ,ciel et mer bleu, des criques, des forêts, des plages et des restes des civilisations anciennes. Lieu idéal de vacances.
Une petite visite à Troyes et son cheval. Ah ! Homère, est ce réellement du vécu où une légende ?


Voilà, nous nous dirigeons sur le détroit des Dardanelles. A Canakkale nous prenons le ferry. Fini l'Asie, bonjour le continent Européen. Il nous reste quelques kilomètres à parcourir pour rejoindre la Grèce.


Nous passons une dernière nuit au bord de l'eau, prés d'une balise sur cette péninsule de Gelibolou, sauvage, peu habitée.


Nous nous perdons cette fois ci dans la campagne et profitons d'un beau marché de petit village pour faire le plein de fruits et légumes.
C'est à Kipoi que nous passons la frontière, nous sommes le 27 août 2015.
La Turquie nous a émerveillé par ces sites magnifiques, pays de montagne, pays des mers (noir, Egée, méditerranéenne, Marmara).Tout le long de notre séjour nous avons voyagé dans le temps, nous avons admiré, nous nous sommes imprégnés de la beauté et de l'atmosphère de certains sites, nous nous sommes extasiés lors d'une balade nocturne vers ces flammes qui sortent de terre, nous avons médité, nous nous sommes sentis tout petit, nous avons adoré l'accueil si familial de ces Turcs.
Un pays sublime, tant de choses à voir.
Nous avons fait 4250 kilomètres

 

 

 

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Turquie